ÉLAGAGE DE FORMATION

Prodigué dès la plantation et au fil de tous les stades de son développement, l'élagage de formation permettra l'établissement d'une structure parfaite et adaptée à la nature indigène, ornementale ou fruitière de l'arbre choisi. Cette condition est essentielle à tout arbre pour atteindre son plein potentiel, résister efficacement aux rigueurs du climat et mener une longue vie.

L'élagage de formation se caractérise par une sélection rigoureuse des futures branches charpentières du tronc, afin de former une structure exempte de défauts, solide et durable, et adaptée à l'espace disponible lors de l'architecture de l'arbre dans un milieu urbain.

Essentiellement préventif, cet élagage vise aussi le retrait des branches et de tous les éléments de fourches qui deviendraient problématiques si elles étaient conservées: branches trop basses, qui sont trop nombreuses à un même point d'insertion, s'insérant au tronc avec angle trop faible et celles en situation de compétition ou de codominance avec le tronc central.

 

ÉLAGAGE SANITAIRE

L'élagage sanitaire est essentiel pour la santé des arbres car il stimule leur vigueur. Un accroissement de la vigueur se traduit par une croissance plus importante des différents tissus vivants de l'arbre: cambium, bourgeons, croissance du tronc en diamètre, croissance racinaire, production du bois de guérison et augmentation de la masse foliaire et raméale.

Une plus grande vigueur permet aux arbres d'assurer plus efficacement les différentes fonctions vitales essentielles à leur survie: photosynthèse, respiration et transpiration, reproduction, développement racinaire (stockage, ancrage et absorption d'eau et de minéraux), résistance face aux perturbations abiotiques et immunité contre les perturbations biotiques.

L'élagage sanitaire se caractérise par le retrait des branches mortes, en dépérissement, opprimées, blessées entre elles et porteuses de pathologies. Principalement situées au centre de la voûte, ces branches nuisibles ne participent plus à la photosynthèse et causeront certaines complications (chancres, nécroses du cambium, dépérissement nectrien etc.) si leur présence persiste.

Le retrait des réitérats (gourmands), des drageons et des racines encerclantes est aussi recommandé lors de cette intervention.

L'ÉLAGAGE DE RESTRUCTURATION

L'élagage de restructuration s'adresse aux arbres et arbustes abandonnés, négligés ou endommagés par des travaux d'émondage visant à en réduire le déploiement par la taille des parties terminales de l'arbre. Dans certains cas, s'il n'est pas trop tard, il peut servir à restaurer des arbres endommagés suite à l'entretien du réseau de distribution électrique d'Hydro-Québec (écimage).

Puisque répétée de facon cyclique, cette pratique altère définitivement la capacité d'un arbre à se développer de façon harmonieuse, en le privant de sa dominance apicale, et stimulant par le fait même l'émergence de nombreux réitérats (gourmands): bien que destinés à remplacer la masse raméale et foliaire supprimée par l'écimage, leur présence précipitera le dépérissement en favoriserant  l'intervention des perturbations biotiques (insectes et maladies). L'objectif de cette intervention est de favoriser le retour à une architecture naturelle et viable, un port naturel et une structure résistante et exempte de défauts.

L'ÉLAGAGE DES ARBRES ORNEMENTAUX

Les arbres d'ornement sont appréciés en aménagement paysager en raison de leur faible déploiement, de la couleur particulière de leur feuillage, de leur floraison, et pour leur port asymétrique, souvent pleureur et hors du commun. Bien que naturels, ils sont manipulés par l'homme par sélection végétale ou améliorations génétiques (cultivars), ou par le croisement naturel ou artificiel de deux espèces du même genre (hybride). De plus, ils sont souvent greffés sur des porte-greffes très rustiques pour en améliorer la résistance au froid et à certaines maladies, et pour en assurer une croissance compacte et donc, un plus faible déploiement.

Les besoins de ces arbres en matière d'élagage sont particuliers. Ils doivent être élagués et formés sur une base régulière car ils produisent généralement une multitude de branches et de rameaux, parfois beaucoup plus que ne le permettrait la nature. Aussi, ils sont très vulnérables aux perturbations biotiques (insectes et maladies).  Bien accompagnés par des soins comme l'élagage de formation et l'élagage sanitaire, ils demeureront longtemps le centre d'attraction de votre aménagement.

L'ÉLAGAGE DES ARBRES FRUITIERS

L'élagage des arbres fruitiers vise à améliorer la quantité de fruits produits et la qualité de leur propriétés organoleptiques. Les différentes approches en cette matière sont l'élagage de formation, la taille de fructification, aussi appelée mise à fruit, la taille estivale, aussi appelée taille en vert, l'élagage printanier et la taille de renouvellement. De plus, l'élagage sanitaire est essentiel aux arbres fruitiers puisqu'ils sont sensibles à plusieurs perturbations biotiques très préoccupantes contre lesquelles seule la prévention est efficace.

L'ÉLAGAGE DES ARBUSTES DÉCORATIFS

Ce type d'élagage est semblable à l'élagage sanitaire des autres arbres puisqu'il se caractérise par le retrait des branches mortes, en dépérissement, porteuses de maladies ou blessées. Toutefois, les arbustes étant composés de plusieurs troncs serrés les uns contre les autres, certains conflits entre eux sont fréquents: une sélection des meilleures branches doit être effectuée périodiquement pour que l'équilibre demeure et que les branches ne se causent pas de blessures entre elles. En maintenant une densité adéquate au sein de vos arbustes, ils  conserveront une plus grande vigueur et donc une meilleure immunité contre les insectes et les maladies. De plus, leur floraison et leur production de fruits sera plus abondante. 

elagage-14
elagage-15
elagage-16

L'ÉLAGAGE DE RENOUVELLEMENT

L'élagage de renouvellement est destiné à la plupart des arbustes, quelle que soit leur nature. Bien qu'ils puissent parfois vivre aussi longtemps que les arbres, les différentes tiges qui les composent ont une durée de vie limitée et doivent être renouvelées périodiquement pour en assurer la pérennité. À cette fin, il faut veiller à prélever les tiges en déclin, au fil du temps, et ainsi assurer la croissance des tiges plus jeunes en son centre, qui n'attendent souvent qu'un peu plus de lumière et d'espace pour s'exprimer. Un arbuste sain devrait toujours être constitué de tiges de toutes les classes d'âge, comme le fait naturellement une forêt.

CHIRURGIE DES TISSUS VIVANTS DU TRONC

Lorsque les tissus vivants du tronc sont endommagés, une chirurgie doit être envisagée pour assurer rapidement les fonctions de compartimentage à l'intérieur du tronc et du cal cicatriciel à l'extérieur. Puisque les blessures ont souvent une forme irrégulière, on simplifie les contours de la plaie avec un couteau spécial. En lui donnant une forme la plus symétrique possible et en retirant tous les tissus blessés, cette simple action permettra à l'arbre d'assurer plus rapidement la guérison des tissus abîmés.

Ci-dessous: Érable de Norvège blessé en 2012 par une pelle mécanique: les photos exposent la chirurgie elle-même et l'évolution des tissus cicatriciels au fil des  années suivantes, jusqu'au printemps 2016.

LA COUPE CHIRURGICALE DES BRANCHES

Pour limiter au maximum l'incidence des blessures d'élagage sur les tissus vivants du tronc, l'exposition du système vasculaire à certaines maladies, et la dégradation du bois à l'intérieur du tronc (carie), toute coupe de branches doit être effectuée de façon chirurgicale.

Une coupe parfaite se traduit par le retrait de la totalité du bois de la branche sans endommager ou blesser les tissus appartenant au tronc, car ce sont eux qui produiront le bois de guérison après le retrait de la branche: lorsqu'il sera complètement formé, généralement après quelques années si la coupe est propre, le bois de guérison permettra de bloquer l'entrée des organismes pathogènes qui causant la carie du bois à l'intérieur du tronc.

De plus, une coupe parfaite permet aussi le compartimentage de cette carie, donc son cloisonnement à l'intérieur du tronc dans une zone donnée. Ainsi, les agents pathogènes responsables de la carie seront emprisonnés et bloqués dans leur développement par les différentes cloisons (murs) produits par l'action du compartimentage, en hauteur et en largeur à l'intérieur du tronc.