Même si votre plantation est effectuée de facon exemplaire, votre arbre ne sera pas autonome du jour au lendemain. Il dépendra de certains soins essentiels au cours des années suivant la plantation. 

 

  • Arrosage hebdomadaire: avant le transport du centre jardin vers votre site de plantation, avant les différentes étapes de la plantation et immédiatement après avoir comblé la fosse de plantation, l'arrosage de votre arbre est essentiel. Par la suite, plusieurs arrosages hebdomadaires sont essentiels car ils facilitent le développement du système racinaire, permettent de dissoudre les éléments nutritifs du sol, accélèrent la transformation du BRF en matière organique et hydratent la biodiversité dans le sol afin qu'elle puisse accomplir son travail. Puisque votre sol a été bien amendé et que, par conséquent, le drainage y est efficace, vous ne pourrez pas trop arroser votre arbre. Si l'on doit arroser aussi fréquemment la première année, c'est parce-que la motte de racines est peu développée et elle sèche donc très rapidement. Idéalement, on utilisera l'eau captée par des barils de pluie car elle est tempérée et exempte de chlore et de produits chimiques.
  • Arrosage foliaire: les émulsions d'algues marines sont fort utiles pour limiter le stress associé à la plantation, stimuler la croissance des racines et les autres fonctions vitales des arbres. Elles doivent toutefois être utilisées en vaporisation, et non en fertigation (arrosage du sol), car cette approche inhibera la croissance des racines. En début de saison, et jusqu'au milieu de l'été, l'application des algues marines s'effectue à l'aide d'un vaporisateur, préférablement en début ou en fin de journée. Il suffit d'arroser la totalité du feuillage jusqu'au point de rosée avec une solution de 5ml par litre d'eau tiède.
  • Suivi de l'enracinement: avant le retrait du ou des tuteurs installés lors de la plantation, il est important de s'assurer que l'enracinement est complet. Il n'y a pas de formule préétablie en cette matière, plusieurs années peuvent être nécessaires pour qu'un arbre puisse établir un solide réseau racinaire. Pour vérifier s'il est temps de retirer le tuteur, il suffit de prendre le tronc fermement et de le déplacer dans toutes les directions et de regarder si un mouvement du plateau racinaire se déplace avec lui: si aucun déplacement de la motte  et des racines n'est observé, c'est qu'il est temps de retirer le tuteur. En général, le tuteur sera requis pour une période de 1 an à 2 ans.
  • Inspection du collet: il est primordial de ne jamais enchausser le collet d'un arbre. L'empattement du tronc doit toujours être visible et ce, pour toute la durée de vie de l'arbre. On doit aussi s'assurer qu'il n'y a pas de racines encerclantes qui se développent et qui pourraient étrangler le collet et entraver le travail du phloème. Il est recommandé de découvrir légèrement le collet afin de s'assurer qu'aucune racine encerclante ou étranglante n'est présente et, le cas échéant, il faut les élaguer pour prévenir des dommages importants au collet de votre arbre.
  • Élagage de formation: lors des premières années de croissance de votre arbre, il importe de l'accompagner dans son développement aérien et dans le choix des bonnes branches charpentières. Les branches basses doivent être retirées en prévention pour éviter qu'elles ne déchirent lorsque la neige fond au printemps. De plus, on élaguera aussi les branches s'insérant au tronc avec un angle trop faible et présentant de l'écorce incluse, et celles trop nombreuses autour d'un même point d'insertion au tronc. De plus, toute branche entrant en compétition avec le tronc central et la flèche terminale devra aussi être élaguée (codominance).
  • Élagage sanitaire: l'élagage sanitaire se caractérise par le retrait des branches mortes, en dépérissement, opprimées, blessées entre elles et porteuses de pathologies. Principalement situées au centre de la voûte, ces branches nuisibles ne participent plus à la photosynthèse et causeront certaines complications (chancres, nécroses du cambium, dépérissement nectrien etc.) si leur présence persiste. Le retrait des réitérats (gourmands), des drageons et des racines encerclantes est aussi recommandé lors de cette intervention.
  • Protection hivernale et anti-rongeurs: peu de gens le savent, mais la protection hivernale n'est pas une protection contre le froid. Seul le choix d'un arbre adapté aux conditions de votre secteur et à votre zone de rusticité le sera. La protection d'agrotextile (arbotect) protège contre les dommages liés à l'accumulation et la projection de neige, les embruns salins (calcium) et la dessication hivernale causée par le vent. La protection contre les rongeurs est une protection mécanique en plastique spiralée, et qui sera installée autour du tronc de l'arbre pour l'hiver pour empêcher les rongeurs de causer des blessures aux différents tissus du jeune tronc.
  • Renouvellement du BRF et du compost: parce-que le BRF et le compost occupent et donc retiennent la biodiversité du sol à proximité de votre arbre, et parce-que cette même biodiversité les transforment et les enfouissent dans le sol et qu'ils disparaissent, il faut les renouveller à chaque année. Ce faisant, vous augmenterez la teneur en matière organique de votre sol et donc, sa capacité d'adsorption (rétention) des nutriments, contribuerez à y maintenir une structure équilibrée et faciliterez le développement du système racinaire et des micro-organismes dans la fosse de plantation.
  • Dépistage des perturbations biotiques: une jeune plantation est beaucoup plus vulnérable aux insectes et maladies qu'un arbre adulte et bien établi. Le stress lié au changement d'environnement et à la transplantation les rend plus visibles et succulents aux yeux des prédateurs.  Périodiquement, inspectez toutes les composantes de votre arbre: écorce, rameaux et branches, mais surtout les feuilles. Portez une attention particulière à l'endos des feuilles et à tout changement du feuillage: couleur, apparence, présence de trous, de tâches, de feuilles qui se plient ou s'enroulent sur elles-même, de substance collante sur celles-ci, la présence de fourmis ou de chenilles, ainsi qu'à de jeunes rameaux se déformant ou prenant une apparence douteuse. Une détection précoce augmentera l'efficacité du traitement et, généralement, la solution ne consiste qu'à revoir nos pratiques culturales et à les améliorer pour mieux répondre aux exigences de l'arbre choisi.
  • Désherbage de la fosse de plantation: le gazon ne fait pas partie de la biodiversité qu'il faut valoriser à même nos cultures. Plutôt nuisible en lui-même puisqu'il se situe au-dessus des racines de notre arbre ou nos plantes, qu'il intercepte l'eau et les nutriments essentiels à nos cultures, mais surtout parce-que son entretien à l'aide d'outils de coupe blesse trop souvent les arbres au niveau du collet, il faut le désherber périodiquement et refaire une généreuse découpe autour de la fosse de plantation chaque printemps pour limiter sa croissance près des arbres et arbustes. De plus, il faut maintenir une dépression concave à même la fosse de plantation pour capter efficacement l'eau de pluie et la rediriger vers le système racinaire  afin de prévenir le stress hydrique, très fréquent en milieu urbain et principal facteur de dépérissement précoce chez les jeunes plantations.